L’absurde: L’étranger, Caligula, Le Malentendu, Le Mythe de Sisyphe

L’absurde: L’étranger, Caligula, Le Malentendu, Le Mythe de Sisyphe de Albert Camus

9782070454600

L’étranger “Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s’est ouverte, c’est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j’ai eue lorsque j’ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n’ai pas regardé du côté de Marie. Je n’en ai pas eu le temps parce que le président m’a dit dans une forme bizarre que j’aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français”.
Le mythe de Sisyphe “Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide”. Avec cette formule foudroyante, qui semble rayer d’un trait toute la philosophie, un jeune homme de moins de trente ans commence son analyse de la sensibilité absurde. Il décrit le “mal de l’esprit” dont souffre l’époque actuelle : “L’absurde naît de la confrontation de l’appel humain avec le silence déraisonnable du monde”.
Caligula “Caligula :C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc que cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux. Hélicon : Allons, Caïus, c’est une vérité dont on s’arrange très bien. Regarde autour de toi. Ce n’est pas cela qui les empêche de déjeuner. Caligula : Alors, c’est que tout, autour de moi, est mensonge, et moi, je veux qu’on vive dans la vérité !”.

Compartir esta publicación